3 conseils pour bien soigner les dents de son cheval

Le cheval est un herbivore et sa dentition est conçue pour une alimentation végétale permanente. Le nivellement des dents se fait par la mastication. Mais chez la plupart des chevaux, l’usure se fait de manière irrégulière. Un contrôle régulier s’impose pour éviter que le cheval n’ait pas mal aux dents en raison d’une mauvaise tenue de dent.

Repérer et remédier aux surdents

La domestication et les conditions de vie ont entraîné une modification de la dentition du cheval. Il faut relever qu’un cheval mâle adulte a 40 dents et qu’une jument adulte en a 36. Le nivellement des dents s’effectue en continu, mais il peut arriver qu’il se forme des pointes que l’on appelle surdent. Celles-ci ont des bords particulièrement tranchants qui vont blesser les joues et la langue du cheval, raison pour laquelle il faut y remédier. Les conséquences peuvent être de deux ordres. Soit le cheval éprouve des difficultés à mastiquer, soit son état de santé général se détériore, très souvent amaigrissement et perte de tonus. Par conséquent, il est important de vérifier régulièrement la dentition de votre cheval pour éviter les problèmes dentaires.

Surveiller la croissance et l’évolution normale des dents

Le cheval possède sa dentition définitive à l’âge de cinq ans. La dentition du jeune cheval est composée de dents de lait qui sortent progressivement. Celles-ci seront petit à petit remplacées par les dents définitives vers l’âge deux ans et demi. Au fur et à mesure que le poulain grandit se forment les pinces, mitoyennes, les coins puis les molaires. Les crochets du cheval apparaissent entre 4 et 5 ans.

Faire appel à un dentiste équin

De façon générale, il est conseillé de ne pas attendre l’apparition de problèmes dentaires pour vérifier les dents d’un équin. Chez le cheval adulte, les soins des dents doivent être réguliers et il faut notamment vérifier que les molaires soient en bon état, car elles sont très importantes pour la mastication. En cas de besoin, le dentiste équin (une spécialité vétérinaire) devra râper ou meuler les dents qui présentent des bords tranchants qui risquent de blesser le cheval. Chez le jeune cheval, il est conseillé de vérifier la dentition avant de commencer le débourrage, ou de façon plus générale, avant de lui mettre le mors. Il est possible que certaines dents de lait doivent être supprimées car elles provoqueraient des douleurs avec l’appui du mors dans la bouche du cheval.

Quels produits sont efficaces contre les mouches ?
L’ostéopathe équin : un allié pour le bien-être de votre cheval